L’inutile

 

Des coquilles de noix cassées ont été recollées méticuleusement.

 

Si ce n’est dérisoire ou activité vaine que d’avoir cassé des noix, les avoir mangés sûrement puis d’avoir tenté de recoller chacune des coquilles, une à une, comme un puzzle tridimensionnel, à épuiser ainsi le temps, à avoir procédé à une entreprise proche de l’archéologie sur cette chose de peu, de n’avoir œuvré que sur un travail sans valeur sinon dans la concentration sur les formes et de n’avoir, en ayant reconstitué plus d’une soixantaine de ces coquilles avec une méticulosité qui ne peut être qu’absurde, que produit un objet étrange, plus tout à fait noix, pas tout à fait sculpture mais vestiges incomplets, irrémédiablement endommagés, n’ayant pas véritablement retrouvés leur aspect d’antan, ce qui aurait dû être le but de cette opération, présentant leurs manques et affirmant par eux le témoignage irréfutable du caractère de l’art qui est d’être inutile.

 

Eric Suchère